Pour une république proche des Français !

Avec le mouvement des gilets jaunes et les diverses manifestations qui ont eu lieu ces dernières années, nous avons pu voir une crise de la démocratie dans notre pays et un rejet des élites qui s’est manifesté dans la popularité de propositions comme le référendum d’initiative citoyenne. Les élus au pouvoir sont de plus en plus considérés comme déconnectés de la réalité de la nation et comme une caste ce qui nuit à leur relation avec les Français et à leur sécurité.

À l’UPL, nous avons comme solutions pour faciliter le dialogue entre les institutions et le peuple :

  • L’introduction de la proportionnelle car aujourd’hui notre système parlementaire n’offre pas assez de contre-pouvoirs au gouvernement en place et crée de sérieux problèmes de favoritisme de certains partis sur d’autres.
  • Le remplacement de la règle des parrainages par l’exigence d’une pétition avec un certain nombre de signatures car cette règle élimine d’office tout candidat considéré comme hors système quand bien même le/a candidat/te aurait de très fortes intentions de vote (pensez à Coluche en 1981 qui était 2ème dans les sondages mais n’avait pas assez de parrainages) ce qui crée chez les français une impression de caste dans le système politique et finit par les convaincre que « les politiciens c’est tous les mêmes ! » et ainsi par les désintéresser de la politique d’où les taux d’abstention.
  • L’instauration d’un référendum d’initiative populaire à la suisse, pour montrer aux français que leur avis compte et pour obtenir un meilleur partage des pouvoirs, mais avec des limites constitutionnelles pour éviter les travers d’un majoritarisme sans freins (par exemple, en Suisse, les femmes n’ont obtenu le droit de vote au niveau fédéral qu’en 1971 car la proposition avait tout été rejeté en référendum fédéral jusque-là).
  • Décentralisation des fonctions afin de sortir du désert français et de donner plus de marge aux collectivités locales ce qui pourrait, notamment par la mise en concurrence des politiques locales, permettre à certaines zones de se développer économiquement comme se sont développés certains cantons suisses.

En bref, ce que nous souhaitons c’est une république proche des citoyens et des citoyennes de tout le pays par la prise en compte de leur avis tout en étant basée sur une constitution qui garantisse les droits de la minorité la plus petite, la plus vulnérable et la plus impitoyablement attaquée : l’individu.